Sicile - 2016

  NOS HÔTELS


Samedi 15 octobre
Balade dans Paris : en effet, nous sommes partis une journée avant notre vol vers Catane pour ne pas avoir à nous lever trop tôt demain matin. Nous dormirons donc ce soir à Rosny-sous-bois.
En attendant, nous visitons le musée Grévin et nous baladons ensuite pour découvrir quelques passages couverts : Passage Jouffroy occupé par plusieurs librairies avec des bouquins sur Paris, sur ses ruelles typiques et ses passages couverts... Passage Verdeau, assez quelconque… Passage des panoramas, le plus joli des trois...

Dimanche 16 octobre
Nous sommes dans l'avion… On vient de nous annoncer que le départ est retardé, nous devons retourner aux barrières de l'aéroport pour vérification par un ingénieur d'un impact sur l'aile ou la carlingue. Finalement, tout va bien, nous décollons et arriverons à 17 h.
A l'aéroport de Catane, aucune trace de notre réservation de voiture dans la base de données du loueur. On nous en donne une quand même, heureusement, et je signale la chose par mail à notre agence de voyages, afin que les choses soient régularisées dans la semaine.
Nous roulons vers Lido di Noto à 90 km de Catane, où nous arrivons à 19 h.

Lundi 17 octobre
Ce matin, Cava Grande, une grande faille aux parois calcaires en surplomb, au profond de laquelle coule la rivière Cassibile. Au fil du temps, celle-ci a créé d'immenses canyons sur 10 km.
Vers 17 h, nous visitons Noto, dont les murs se teintent d'or quand l'éclairage nocturne s'allume. C'est un des plus beaux centres historiques de la région, une élégante promenade, de splendides palais et des églises baoques. Magnifique vraiment !
Nous dînons sur une terrasse de restaurant, dans la douceur du soir.

Noto

Mardi 18 octobre
Syracuse...
Ce matin, balade dans le site archéologique Neapolis, avec un théâtre antique partiellement couvert de verdure et un théâtre grec très bien conservé. Jolie promenade en partie ombragée, et par une douce température au cours de laquelle, nous découvrons l'Orecchio di Dionisio (oreille de Dyonisos), une grotte de 26 m de haut et 65 m de profondeur qui fut appelée ainsi par Denys, le tyran de Suracuse. Elle possède une remarquable acoustique et selon la légende, le tyran venait y écouter les conversations des 7000 prisonniers (rescapés de la guerre entre Syracuse et Athènes) qui étaient enfermés dans cette grotte.

Cet après-midi, la presqu'île d'Ortygie, avec ses ruelles typiques, ses beaux monuments aux façades ouvragées, ses places aux dalles polies par les ans (et les pieds) !
Au milieu de la place centrale, trône il Duomo qui fut tour à tour temple d’Apollon, église byzantine, mosquée puis basilique. A l'extrémitié de cette même place, se dresse l'église Santa Lucia qui a été construite sur l'ancien temple d'Athéna.
Nous restons un moment assis sur les marches d'un monument, à goûter la paix de l'endroit.
Beaucoup de charme, un grand calme, un guitariste assis face au Duomo qui égrène des arpèges apaisants...
Ensuite, nous passons devant la fontaine Aretusa et ses papyrus, puis la fontana bianca.
Belle balade, sans trop de monde, puisqu'on est en octobre ! L'idéal, quoi !
Et ce soir, pour finir, nous dînons à la Taverne del Pescatore à Avola... de gambas au gril et calamars grillés. Un vrai régal !

Taverna del Pescatore

Mercredi 19 octobre
Modica...
De beaux monuments baroques, mais dispersés aux 4 coins de la ville... Cathédrale San Giogio à l'escalier imposant, Chiesa Santa Maria del Soccorso et ses belles statues, Domo di San Pietro.
Les chocolats de Modica... excellents ! On en a goûté une mini-plaque, mais on ne peut pas en ramener, ils vont finir en Nutella dans la voiture...
Je garde de Modica l'image d'une ville aux façades baroques qui seraient splendides si elles étaient nettoyées, un cadre enchanteur, des maisons étagées sur les versants des collines mais au final, une ville assez peu plaisante à parcourir à pied en "grignotant" ici ou là un truc à voir, comme un catalogue qu'on feuilleterait mais sans vraiment se fondre dedans. Quant à la voiture, la ville étant un labyrinthe invraisemblable, faut oublier. Lassés de cette approche désordonnée, on a laissé tomber la dernière église tout en haut de la ville et on est partis pour Scicli.

Scicli...
Cette ville charmante se laisse découvrir avec bonheur. Il fait bon marcher en oubliant les itinéraires qui conduisent aux monuments, qu'on rencontre alors par hasard au détour d'un croisement de ruelles.
Style baroque toujours, mais plus propre qu'à Modica, intérieur des églises, baroques encore mais moins lourd qu'à Modica
Route retour par la côte sud avec quelques arrêts en bord de mer, et sur la fin peu avant d'arriver à Lido di Noto, un paysage de fruitiers, oliviers, fleurs et collines rocheuses ou verdoyantes selon les endroits.

Nous avons terminé la journée à la Taverne del Pescatore (comme hier), produits de la mer à volonté ce soir. Génial !

Taverna del Pescatore

 

 
Page suivante Recette Accueil Sicile Vous y êtes ! Tourisme