costa rica - 2005

  NOS HÔTELS


Dimanche 23 octobre
Lever à 4 heures du matin, pour un décollage à 13 heures. Nous survolons Terre- Neuve et le Québec, et atterrissons à Miami à 23 h 30 (17 h 30 heure locale).
A l'origine, nous avions deux heures d'attente à l'escale, mais l'avion étant en retard, comme d'habitude, il ne nous reste plus qu'une heure pour changer de vol. Et voilà que nous attendons encore un quart d'heure pour gagner l'aire de débarquement qui est occupé par un avion en panne.
En 45 minutes il nous faut traverser l'aéroport et les contrôles pour embarquer à destination de San Jose. Nous n'avons pas le droit de rater l'avion, car le cyclone Wilma est sur nos talons. Demain matin l'aéroport de Miami, et tous les magasins seront fermés... Wilma est attendu dès le matin.
A 18 h 30 (minuit 30 heure de Paris), nous quittons la Floride. Nous arrivons à San Jose à 19 h 15 (heure locale), soit 21 h 15 (heure de Miami) ou 3 h 15 (heure de Paris)…

Lundi 24
Dès notre lever, nous allumons la télé quelques minutes, pour constater que le cyclone est sur la Floride et qu'il y a déjà beaucoup de dégâts.
Nous quittons l'hôtel à 9 heures sous un ciel bleu, parsemé de nuages. La voiture de transfert qui nous emmène vers Boca Tapada a une heure de retard. Nous traversons une zone à la végétation luxuriante, les maisons sont enfouies sous la verdure, les fleurs, les arbres, les plantes tropicales. Puis nous découvrons la région des plus grandes plantations de café du Costa Rica, qui alternent avec des hectares de serres pour les plantes tropicales destinées à l'exportation, des cultures d'ananas et de Yuca dont la racine se mange comme une patate douce.
Des écoliers jouent dans la cour d'une école, tous en uniforme bleu. Nous prenons de l'altitude, le ciel se couvre, mais le soleil perce pour éclairer les collines. Le déjeuner se compose d'un casado pris dans un restaurant typique (riz, haricots secs noirs, pommes de terre, bœuf, oignons) avec une tortilla en guise de pain. Nous arrivons au lodge à 13 h 15. Tout de suite, nous partons dans la forêt tropicale pour nous balader. Il y fait très chaud et humide, le sol est couvert de boue et d'eau, la terre colle aux chaussures. Une minuscule grenouille vert-fluo et noire, saute devant nous, mais nous ne voyons pas beaucoup d'animaux pour cette première sortie, si ce n'est des écureuils et de jolis oiseaux.
De retour à l'hôtel, pas d'eau dans la douche ! Après mon intervention à la réception, le réservoir de secours est connecté, et tout rentre dans l'ordre. Ils n'ont pas l'eau courante, alors quand leur premier circuit d'eau est vide, ils branchent le second.
Ici, le dîner est imposé à 18 h 30. Il fait nuit noire. Ensuite nous irons voir les caïmans au bord de la rivière qui coule dans le parc de l'hôtel. A 20 heures, nous sommes au lit avec un bouquin.

Mardi 25
Lever à 6 h 30, petit déjeuner imposé à 7 heures. Je n'avais encore jamais vu un hôtel imposer des horaires aussi stricts; généralement, ils proposent une plage horaire d'au moins deux heures pour chaque repas…
Le ciel est gris, la chaleur lourde. De temps en temps, il pleut quelques gouttes, mais pas de quoi nous mouiller. La terrasse du restaurant donne sur la rivière et le jardin, la vue est magnifique. Des oiseaux de toutes les couleurs volent d'arbre en arbre, un rouge et noir, un bleu-ciel tirant sur le gris, des oiseaux-mouches…
Nous partons dans la forêt avec un guide local. Au cours de la balade, nous découvrons de minuscules grenouilles rouges que le guide attrape entre ses mains. Elles sont vénéneuses, mais seulement si on a une plaie ouverte, comme une coupure par exemple. Nous rencontrons également un serpent venimeux, lové sur un tronc d'arbre mort, dont il se distingue à peine. Tant qu'on ne l'embête pas, il ne présente aucun danger, paraît-il. Nous n'allons pas en faire l'expérience, nous croyons le guide sur parole.
Cet arbre, dont j'ai oublié le nom, a de nombreuses grosses racines hors de terre, et se déplace de 25 cm par an. En effet, comme il n'a pas de tronc principal, quand ses racines meurent d'un côté, il en pousse de nouvelles à l'opposé et ainsi il avance peu à peu. Une liane laisse couler goutte à goutte au dessus de nos têtes, une eau douce et limpide qu'il est possible de boire. De grosses fourmis (qui piquent) avancent en colonnes démesurées sur les chemins de la forêt, et grimpent le long des troncs d'arbres.
Dans les amandiers, arbres protégés au Costa Rica, jouent des singes qui trouvent là, leur nourriture préférée. Soudain, sous le couvert d'un épais taillis, nous apercevons une famille d'une dizaine de pizotes (White Nosed Coati en anglais), animal de la famille des ratons laveurs, qui jouent tous ensemble dans l'ombre. Impossible de prendre une photo, ils bougent sans arrêt et c'est tout noir sous les fourrés !
De retour à l'hôtel, après 2 h 30 d'expédition, nous ôtons nos bottes boueuses, et nous installons sur la terrasse de notre chambre face à la lagune où nous avons vu les caïmans hier soir. Le déjeuner est frugal, midi pile, c'est obligé, des pâtes aux champignons et fromage, à volonté, et rien d'autre… Hier au dîner, on avait quand même eu un dessert après le casado. Il ne faut pas venir à Boca Tapada pour la gastronomie.
Le lodge est spartiate, pas de téléphone dans les chambres, ni de télé (nous ne la regardons jamais, mais pour une fois, nous voulions suivre le cyclone Wilma !), aucune carte postale, ni quoi que ce soit à acheter…
Après le déjeuner, nous partons en bateau sur le fleuve San Carlos, jusqu'à l'endroit où il se jette dans le fleuve San Juan, frontière entre le Nicaragua et le Costa Rica. A la frontière, nous abordons dans un petit village. L'école maternelle compte 10 élèves et un maître, le collège (sorte de hangar en bois, avec un auvent pour la pluie) 22 étudiants, et l'école primaire, 50 élèves et 2 maîtres qui viennent de partout par bateau jusqu'à deux heures de route. La classe est presque vide, quelques bureaux dans un coin, trois grands tableaux muraux; elle ouvre sur l'extérieur par de grandes baies sans carreaux. Cela redonne une mesure aux exigences que nous avons dans les pays dits "avancés" par rapport aux besoins de l'enseignement.
Les maisons colorées, sont noyées sous les fleurs.

L'habitat
A la campagne, les maisons sont en bois, tandis qu'en ville, elles sont plutôt en ciment, recouvertes de tôle ondulée, avec une grande avancée soutenue par trois grosses poutres. Certaines sont peintes en vert-vif, bleu, jaune, d'autres restent couleur bois ou ciment.

Sur le fleuve que nous parcourons maintenant à l'envers, nous rencontrons quelques oiseaux et soudain un crocodile, qui à notre approche se lève tranquillement et glisse sous l'eau ! Nous en verrons un deuxième plus petit en arrivant à l'hôtel. Nous avons passé 2 h 30 sur la rivière, c'était très agréable, avec le vent frais qui nous aidait à supporter la chaleur.
En rentrant à l'hôtel, un problème se pose, qui va m'occuper 45 minutes. Notre transfert est prévu demain, pour que nous soyons à Arenal à 13 heures afin de récupérer la voiture de location qui va nous rendre autonome pendant le reste du séjour. Mais l'hôtelier de Boca Tapada ne semble s'être occupé de rien, si bien que la voiture qui vient nous chercher ne pourra être là avant 11 h 30, ce qui nous fera arriver au mieux à 14 heures sur le lieu du rendez-vous. Le chauffeur du transfert ne peut arriver plus tôt, et le livreur de la voiture de location ne peut venir après 13 heures, car il a d'autres clients. Insoluble ! Mais comme je propose (à moins que ce ne soit une menace !) d'appeler Cactus Tour, l'agence qui supervise le voyage pour Jetset au Costa Rica, miraculeusement une solution est trouvée. L'hôtelier nous emmènera jusqu'à Pital où nous serons pris en charge par la voiture de transfert beaucoup plus tôt que si elle nous avait pris au lodge. Ainsi, nous devrions même être en avance.
Bizarre, l'organisation à Boca Tapada ! Déjà à l'aller, nous avions une heure de retard.
La nature, les excursions, le site, tout est magnifique, mais la nourriture, n'est pas au "top", sauf ce soir, comme par miracle… Est-ce à cause du micmac du transfert, ou parce que nous ne sommes plus que dans deux dans le lodge ?

Mercredi 26
Lever à 6 h 30 ! Il pleut, pleut, pleut, mais les oiseaux chantent.
Nous partons avec le 4x4 délabré du lodge. Cramponnée des deux mains pour ne pas me cogner partout (je viens de heurter le plafond de la voiture), la route me semble bien pire qu'à l'aller. Mais le chauffeur roule très vite sans souci des trous et des bosses, et son véhicule ne doit plus avoir d'amortisseurs depuis des siècles. Après 1 h 20 de piste complètement défoncée, nous arrivons à Pital où nous changeons de voiture. Le petit car du transfert est bien confortable, et la route goudronnée ! Quel luxe ! en chemin, nous nous arrêtons pour photographier un paresseux et son petit couchés dans un arbre, et de l'autre côté de la route, un second qui, lui, est assis sur une branche. Ils seront bien petits sur la photo, mais à la jumelle, on les voit très bien. Entre Boca Tapada, et La Fortuna, nous avons pu observer d'innombrables plantations de Yuca et d'ananas. L'ananas du Costa Rica est aussi excellent que l'ananas Victoria qu'on mangeait à La Réunion. Nous en dégustons au petit déjeuner chaque matin, c'est un régal.
La végétation, extraordinairement variée, se compose d'une multitude d'espèces qui s'entremêlent, formant des compositions qu'on ne se lasse pas de regarder. Partout, on retrouve des plantes, qui chez nous, sont vendues comme plantes d'appartement ou de serre, mais qui ici, forment de véritables bosquets, ou haies.
Arrivés à l'hôtel "Los Lagos" à La Fortuna, nous flânons un moment dans le jardin : crocodiles (dans un enclos !), oiseaux, papillons multicolores, et fleurs magnifiques. Le volcan, juste au dessus de nous, gronde. Nous récupérons le 4x4 de location à 13 heures, et montons à l'observatoire du volcan. Il gronde encore et crache des pierres sur la pente, nous les entendons rouler.
Puis, nous partons pour le tour du lac Arenal. En fait, non… Après 45 minutes de piste empierrée, il faudrait traverser la rivière. Cela ne nous dit pas grand chose… De toutes façons, on vient de nous dire qu'il faut 5 heures pour faire le tour de ce lac, il est déjà 16 heures, il fera nuit à 17 h 30. Nous n'avions pas prévu qu'il nous faudrait autant de temps pour parcourir si peu de km, c'était compter sans l'état des routes, que nous ne connaissions pas. Nous rebroussons chemin, et pouvons admirer le volcan sur la presque totalité du parcours. Il est toujours coiffé d'un petit nuage.
De retour à la Fortuna, nous flânerons un moment dans la ville, avant de dîner de"tacos" et tarte au citron, dans un petit restaurant de cuisine locale. Nous ne sommes plus en pension complète, maintenant que nous avons quitté Boca Tapada, c'est à nous de nous débrouiller, nous avons juste les petits déjeuners inclus avec les nuits d'hôtels.

75 km parcourus aujourd'hui.

Jeudi 27
Ciel bleu nuageux. Le volcan est découvert, il gronde même à 7 heures du matin, nous tirant du lit à toute vitesse, pour prendre en photo le nuage de fumerolles qu'il vient de lâcher. Je l'avais déjà photographié ce matin à 5 h 30, juste au lever du jour, mais sans les fumerolles.
Puis nous montons à l'observatoire pour le voir plus près. Il est imposant, le monstre ! Nous avons bien fait d'y aller tout de suite, avant le petit déjeuner, car bientôt, son sommet disparaît dans les nuages. Nous avons eu beaucoup de chance de le voir et de l'entendre rugir par trois fois.
Après le déjeuner en terrasse, au dessus du jardin fleuri, nous partons pour Rincon de la Vieja. Nous longeons le lac, pendant une bonne partie de la matinée, les paysages sont magnifiques, puis nous nous enfonçons dans la campagne, tout est vert.

Maison
Maison typique du pays.

En chemin, nous rencontrons plusieurs iguanes d'un beau vert-vif, impossibles à photographier. Dès qu'on s'arrête, ils plongent dans le fossé.
Nous nous arrêtons au refuge de "Las Pumas", après Las Cañas. C'est un endroit où sont amenés les animaux blessés récupérés en forêt. Nous y voyons quelques pumas, jaguars, ocelots, singes, perroquets, toucans et divers renards et ratons-laveurs.
L'entrée est gratuite, il suffit de déposer dans une urne, une contribution à la nourriture des animaux, dont le montant est laissé à notre appréciation.
Nous déjeunons à Bagaces, dans un café local. La patronne nous prépare un repas impromptu et va nous acheter des bières au commerce du coin, tout ça pour 3800 colones à deux (8 dollars). Pour comparer, il faut savoir que dans les restaurants touristiques, un plat comme celui-là, sans la bière, nous aurait coûté 11 à 12 dollars par personne. Mais Bagaces est une ville costaricienne, sans hôtels et sans attraction touristique, une ville authentique, comme nous les aimons, parce que nous y découvrons l'âme d'un pays… Paradoxal, puisque nous dormons dans des hôtels !
J'utilise volontairement le mot "dormir", car c'est tout ce que nous y faisons… arriver… dormir… repartir… pour découvrir les paysages, la faune, la flore, la population du pays. Piscines, jacuzzi et attractions diverses ne nous attirent pas.
Après une pause dans la petite ville de Liberia, nous attaquons la piste de 16 km en très mauvais état qui nous amène à Rincon de la Vieja. Le ciel s'est complètement dégagé, le soleil est au couchant, la luminosité est magnifique.

165 km

 

 
Page suivante Vous y êtes ! Recette Accueil Costa Rica Tourisme