Cappadoce


La nature a transformé la région de Cappadoce en un site d'une beauté inoubliable. Dès les temps anciens, les hommes ont creusé dans le tuf volcanique des habitations troglodytes, des monastères, des églises et des villes souterraines superbement intégrées au paysage lunaire de la région...

La vallée de Göreme :
La plus connue et la plus visitée ! Un grand cirque rocheux transformé en musée en plein air, dont les parois abritent de nombreuses églises, le plus souvent ornées de fresques.
Dès l'antiquité, le tuf a favorisé le peuplement de la vallée de Goreme. Les premières églises rupestres datent des 4e et 5e siècle. Les chrétiens persécutés trouvèrent asile en Cappadoce, et notamment dans la vallée de Goreme.
Dans le village même, on trouve de nombreuses habitations troglodytes, la plupart décorées avec goût.

Göreme

Le musée en plein air :
Le monastère des hommes
Situé à l'entrée du site, il se compose de plusieurs étages, en bas la cave où des niches servaient de garde-manger, au-dessus la cuisine noircie par la fumée, en haut le réfectoire dont la table et les bancs sont entièrement taillés dans le tuf. Dans le sol est creusé un pressoir à raisin.

Le monastère des femmes
Situé à gauche, il possède une église, des cuisines, réfectoires, celliers, dortoirs et refuges tout en haut.

L'église Saint Basile
Eglise à nef unique rectangulaire à trois absides. Ses fresques représentent Saint Georges, Saint Théodore, Saint Basile, et le Christ Pantocrator.

L'église à la pomme (Elmali Kilise)
Ses peintures représentent la Crucifixion et la Transfiguration. Construite sur un plan en croix avec quatre colonnes, elle est surmontée d'une coupole centrale et de huit coupoles secondaires. C'est l'église la plus lumineuse avec une palette de couleurs à dominante ocre, jaune et grise.

Eglise Sainte Barbara
Sur un plan en croix avec deux colonnes et trois absides. Elle est surmontée par une grande coupole et trois petites. Ses décorations représentent Sainte Barbara, le Christ Pantocrator, Saint Georges et Saint Théodore à cheval terrassant le dragon. Au-dessus, se dresse un animal hybride.

Eglise au Serpent (Yilanli Kilise)
Les fresques populaires reposent sur un enduit mince recouvrant des décorations antérieures, Saint Onésime, Saint Georges, Saint Théodore terrassant le dragon ou le serpent (d'où le nom de l'église) et Saint Onofrios étrange personnage mi-homme, mi-femme dont la légende dit que c'était une prostituée repentie qui, ayant demandé à Dieu de l'enlaidir, se vit pousser une barbe.

Eglise Sombre (Karanlik Kilise)
Elle comprend un cellier, un réfectoire, un dortoir et une basilique à deux étages. Elle présente un plan en croix avec quatre colonnes, six couples et trois absides. Les fresques parfaitement conservées grâce à l'obscurité presque totale qui y règne, sont posées sur un enduit de chaux. Elles évoquent la vie du Christ, Nativité, Baptême, Cène, Baiser de Judas, Crucifixion, Transfiguration.

Eglise aux Sandales (Carikli kilisesi)
On y accède par un escalier de fer. C'est une église en croix, à deux colonnes, trois absides et quatre coupoles. Elle doit son nom à deux empreintes que la tradition attribue aux sandales du Christ ressuscité inscrites sur le sol, sous les fresques de l'Ascension. Ses fresques représentent le Christ Pantocrator entouré de bustes d'anges, Abraham, la Sainte Trinité, et la Vie du Christ, Nativité, Résurrection de Lazare, Entrée à Jérusalem, Baiser de Judas, Crucifixion.

Eglise à la Boucle (Tokali kilise)
Elle se compose de deux églises, l'Eski (ancienne) et la Yeni (nouvelle). Le décor de l'église ancienne, posé sur un enduit de chaux, représente à la manière d'une bande dessinée, l'histoire du Christ. Les fresques de nouvelle Tokali reprennent la même idée, en plus grand et en plus élaboré.

Le village d'Uchisar
Les maisons de ce village se pressent au pied d'un rocher criblé de trous (la citadelle), point culminant de Cappadoce. Du sommet, la vue s'étend sur toutes les vallées environnantes. Uchisar se trouve au centre de paysages exceptionnels. En bas du village, sur la route en direction de Göreme, se tiennent une série d'impressionnants cônes rocheux.

Uchisar


Urgup
C'est une bonne base de départ pour la découverte de la région. Les maisons d'Urgup, construite en calcaire tendre, évoquent les sites rupestres de la région. Une haute muraille percée de toutes parts, domine la ville. A proximité et dans les environs, on trouve de nombreuses églises creusées dans la roche.

Urgup


Zelve et La vallée de Pasabagi
Dans la vallée de Pasabagi, appelée aussi vallée des moines, des cheminées de fées hautes de 15 à 20 m encore couronnées de leur chapeau de basalte, veillent sur l'entrée de Zelve. C'est un ensemble surprenant. Ces cheminées sont parfois isolées, parfois groupées par deux, trois ou davantage.
A Zelve même, on peut visiter le musée en plein air qui enferme quelques belles curiosités naturelles.

Pasa Bagi


Le village d'Ortahisar
Une imposante citadelle, énorme piton de tuf volcanique criblé de tunnels autrefois habités, se tient au milieu du village. Du sommet, on jouit d'un superbe panorama sur les environs. De nombreux de tunnels étant signalés sous les habitations, il existe sans doute une ville souterraine sous le village.

Ortahisar

La vallée d'Ilhara
Gorge verte et fertile où, entre de hautes falaises rouges, coule la rivière Melendiz.
Avec ses petites églises creusées dans les parois, ses pigeonniers et ses habitations rupestres, elle offre une balade pédestre attrayante. Il faut cependant être motivé pour descendre les 400 marches qui permettent d'en atteindre le fond pour une randonnée de 3h d'Ihlara à Belisirma et encore 3h jusqu'à Selime.

Ilhara

Villes souterraines
Il existe en Cappadoce de nombreuses villes souterraines dont quelques unes sont ouvertes au publics (Derinkuyu, Kaymakli, Ozkonak, Acigol et Mazikoy). Les mieux aménagées pour la visite sont Kaymaklii et Derinkuyu. Entièrement creusées dans le tuf, sur huit à douze étages reliés par des kilomètres de couloirs en pente, elles avaient vocation d'abris. En cas de danger, la population s'y réfugiait. La Cappadoce ayant été longtemps exposée aux invasions, ces villes sous la terre, équipées de cuisines, églises, écuries, dortoirs, pressoir, cimetières, ont permis la survie des habitants.
L'aération en était assurée par des hautes cheminées verticales, souvent prolongées par un puits, réserve inépuisable d'eau fraîche. La nourriture, en quantité suffisante pour six mois, était stockée dans de vastes dépôts ou dans de grandes jarres établies dans le sol.

Derinkuyu

 


TOURISME DANS LES AUTRES PAYS

 
Accueil Turquie Journal de voyage Recette Vous y êtes !