la fete des morts


Chez les Mexicains, la mort n'engendre pas forcément des idées tristes. On aime les festivités et la fête des morts, est l'occasion de se retrouver une fois par an, en famille, vivants ou morts.

Les jours qui précèdent le 2 novembre, certaines boulangeries affichent : «Ici, véritable pain des morts ! ». On s'offre des brioches en forme de tibia ou de tête de mort. On envoie à ceux qu'on aime un petit cercueil en sucre sur lequel on a fait écrire leur prénom, en signe d'affection.

Dans les maisons, on dresse une grande table, sur laquelle on entasse offrandes et victuailles autour des photos des disparus (fleurs porte-bonheur, cierges allumés, têtes de morts en sucre ou en chocolat, fruits, pain des morts, bonbons, nourriture appréciée par le défunt, boissons, eau bénite, tabac, poteries...), ainsi que des objets personnels lui ayant appartenu (cigares, guitare, instruments de travail...).
Toute la nourriture sera consommé dans la nuit du 2 novembre, en communion avec les morts.

1er novembre

Dans les petites villes et les campagnes, la famille se réunit au cimetière, sur les tombes, éclairées par des bougies qui brûlent toute la nuit, pour guider les âmes vers les proches qui les attendent.
On commence par nettoyer la tombe avec balai et plumeau puis elle devient table de banquet et on mange toute la nuit au son des pétards et des cloches. Les bouteilles de soda et d'alcool circulent en souvenir des disparus. On s'échange des têtes de morts en sucre candi ornées d'un prénom. A l'aube, quand les morts ont bien entamé le banquet, les vivants mangent les restes et s'endorment sur place.
Cette nuit-là, aucun prêtre n'est admis à pénétrer dans le cimetière, car il s'agit d'une fête païenne.

Un enfant raconte qu'il tient compagnie à son petit frère qui est sous la terre, et qu'il va rester là toute la nuit. Au matin, il ouvrira son petit paquet enveloppé dans du papier journal, et qui contient des frijoles (haricots noirs) qu'ils mangeront ensemble. Cet enfant n'est pas triste, il accomplit un rite familier.

Dans ce pays, la mortalité infantile est considérable (surtout chez les indiens) et la mort d'un enfant est souvent un événement heureux. Il devient un "petit ange" qui de là-haut veille sur eux…

 


TOURISME DANS LES AUTRES PAYS

 
Carnet de voyage Recette Accueil Mexique Tourisme